Girls Education - Français

Français

L’éducation des filles

Assurer l’éducation primaire pour tous

OMD 2: Assurer l’éducation primaire pour tous.  

L’éducation des filles accroît leurs revenus pour elles-mêmes, leurs familles et leurs pays.  La Banque mondiale a constaté, lors d’une étude conduite sur 100 pays, que chaque augmentation de 1 pourcent dans la part de femmes ayant bénéficié d’une éducation secondaire, contribue à la hausse du taux de croissance du revenu par tête d’un pays d’environ 0.3 point.

Un coup d’œil sur les faits

L’éducation des filles augmente leurs revenus, ceux de leurs familles et de leurs pays.1

La Banque mondiale a constaté lors d’une étude conduite sur 100 pays que chaque augmentation de 1 pourcent dans la part de femmes ayant bénéficié d’une éducation secondaire, contribue à la hausse du taux de croissance du revenu par tête d’un pays d’environ 0.3 point.

Les jeunes filles qui ont bénéficié d'une année d'éducation en plus par rapport à la moyenne nationale gagnent 10 à 20 pourcent en plus, en moyenne – une augmentation supérieure à celle enregistrée par les garçons.  Plus précisément, les filles ayant une éducation secondaire peuvent avoir 18% de plus sur leur salaire par rapport aux 14% supplémentaires dont bénéficient les garçons. 2

Les récoltes du Kenya pourraient augmenter de 22% si les agricultrices bénéficiaient de la même éducation et des mêmes moyens (tels que les engrais, les crédits et les investissements) que les agriculteurs. 3

L'éducation des jeunes filles et des femmes est essentielle à la promotion de la démocratie et de l'engagement politique des femmes4

Une étude bengalie a montré que les femmes qui avaient bénéficié d’une éducation avaient trois fois plus de chances de participer à des réunions politiques que celles qui n’avaient pas été scolarisées.

Les femmes instruites sont plus susceptibles de résister aux abus tels que la violence domestique, les traditions comme la mutilation génitale féminine et la discrimination au sein du foyer, dans la société ou sur le lieu de travail.

L'éducation des jeunes filles et des femmes permet de sauver les vies des enfants5

Chaque année d'éducation repousse le mariage d'une jeune fille et réduit le nombre d'enfants auxquels elle donne la vie.  Les filles ayant bénéficié d’une éducation secondaire ont six fois moins de chances de se marier pendant l’enfance que les filles ayant à peine ou pas d’éducation.  Les filles ayant suivi une éducation secondaire ou supérieure au-delà de la septième année de scolarité, ont, en moyenne, 2.2 fois moins d’enfants que les filles ayant peu ou pas d’éducation. 

Les femmes instruites sont moins susceptibles de mourir pendant leur grossesse ou accouchement et ont plus de chances de scolariser leurs enfants.  

Si les mères ont suivi une éducation primaire, le taux de mortalité de leurs enfants âgés de moins de 5 ans est diminué de moitié : chaque année supplémentaire de scolarisation pour les filles réduit la mortalité infantile de leurs futurs enfants de 10%.  De plus, les mères apportent une meilleure alimentation de même que des soins et elles dépensent davantage d’argent pour leurs enfants : les filles et les femmes consacrent  90% de leurs revenus à leurs familles tandis que les hommes n’y consacrent que 30-40%.6

Les enfants dont les mères qui n’ont pas été scolarisées ont 50% moins de chances d’aller à l’école primaire par rapport à ceux dont les mères ont suivi une éducation primaire.

L'éducation des adolescents et des jeunes est fondamentale pour le développement.

Les jeunes âgés de moins de 25 ans – soit la moitié de la population mondiale qui s'élève à 6.5 milliards de personnes6 =- ont besoin d'une formation professionnelle, de compétences et d’accès aux informations et aux services de santé sexuelle et reproductive, s'ils doivent pleinement s'impliquer dans le développement de leurs pays et y contribuer. 8

L'éducation secondaire et supérieure, surtout pour les filles, contribue largement à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la santé reproductive.

En permettant aux jeunes couples de choisir le moment où ils vont se marier et avoir des enfants, on promeut des familles moins nombreuses, une augmentation de la population plus lente ainsi que des revenus croissants. 

L'éducation des filles est à la traîne par rapport à celle des garçons

Sur 163 millions de jeunes illettrés dans le monde, 63% sont des femmes.7

Sur 163 millions de jeunes illettrés dans le monde, 63%  sont des femmes.9

Selon les estimations de l’UNESCO et de l’UNICEF, plus de 115 millions des enfants âgés de 6 à 12 ans ne sont pas scolarisés et trois cinquièmes d’entre eux sont des filles.10

Chaque année, près de 5.5 millions d’adolescentes âgées de 15 à 19 ans donnent la vie à un enfant.  Seules 35% de celles qui ne sont pas mariées utilisent une méthode de contraception moderne. 11

Bien que les différences s’estompent en ce qui concerne l’inscription dans les établissements d’enseignement primaire, une fille sur cinq n’atteint pas la classe de sixième dans les pays en voie de développement.12

Seulement 43% des filles en âge de suivre un enseignement secondaire sont scolarisées dans les pays en voie de développement. 13

Les facteurs contribuant à la scolarisation des filles comprennent: les frais d'inscription, le transport, les livres ou uniformes; les préjugés ou traditions culturels qui permettent seulement d'éduquer les garçons ou de garder les filles à la maison; le manque d'enseignantes, le manque de serviettes hygiéniques; le manque de toilettes séparés; le harcèlement sexuel ou les abus perpétrés par les enseignants ou d'autres étudiants ; ainsi que le mariage infantile.

Etant donné que les filles sont sensées travailler à domicile et rejoindre la famille de leurs maris au moment du mariage, les parents peuvent penser que la scolarisation est un gâchis et ne rapporte rien.

Les filles qui ont des lacunes ou subissent de longues absences à l'école primaire ont peu de chances d'obtenir l'aide dont elles ont besoin pour rattraper leurs retards.

Les enseignants peuvent être moins exigeants vis-à-vis des filles par rapport aux garçons : une fille sur 3 arrivant au terme de l'école primaire en Afrique ou en Asie du Sud, ne sait ni lire, écrire ou faire un simple exercice de mathématique.14

Un leadership des hautes instances politiques peut contribuer à une compréhension accrue du public et créer les conditions nécessaires à l'éducation des filles dans les pays en voie de développement

Si les coûts de l'éducation sont immédiats pour les parents, les retombées se font sentir à long terme, par conséquent, les gouvernements doivent faire de l'éducation universelle une priorité – au moins pour l'école primaire, et à terme pour le niveau secondaire également.

La suppression ou la réduction des frais de scolarité favorisent généralement la montée en flèche du nombre d'inscription.

Les bourses accordées pour les frais d'inscription, les livres, les uniformes etc. réduisent les taux de déscolarisation de manière substantielle.

Les écoles doivent être plus accueillantes pour les filles et mettre à leur disposition des latrines privées, des enseignants, des fournitures sanitaires, elles doivent éradiquer le harcèlement et la discrimination à l’égard des filles.

La construction d’écoles rurales et communautaires devrait accroître et inclure le soutien communautaire, la mise en place d’horaires souples et de programmes de soins pour enfant.

Une éducation exhaustive en matière de santé sexuelle et reproductive doit être obligatoire dans les écoles, surtout pour les adolescents.

Pour plus d’informations

(Ce qui fonctionne dans l’éducation des filles: résultats et politiques du monde en développement) What Works in Girls' Education: Evidence and Policies from the Developing World

Toward universal primary education: investments, incentives, and institutions. (Vers une éducation primaire universelle: investissements, incentives et institutions) Millennium Development Task Force on Education and Gender Equality (Groupe de Travail sur l’éducation et l’égalité des genres du Développement du Millénaire).

Références

1 Herz, Barbara, and Sperling, Gene B., What Works in Girls' Education: Evidence and Policies from the Developing World, (Ce qui fonctionne dans l’éducation des filles: résultats et politiques du monde en développement), Council on Foreign Relations, New York, 2004, p. 2-3
2 Ruth Levine et al., Girls Count: A Global Investment & Action Agenda Reprint (Les Filles comptent: Réimpression d’un Investissement global et du programme d’action) (Washington, DC: Center for Global Development, 2009).
3 UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la Population, Etat de la population mondiale 2005: la promesse de l’égalité, UNFPA, New York, 2005, p. 47
4 Herz, p. 6
5 UNICEF, La situation des enfants dans le monde 2007, UNICEF, New York, 2007, p4-6
6 Nike Foundation, The Girl Effect (L’impact des filles).
7 UNICEF, p. 27
8 UNFPA, p. 45
9 UNFPA, p. 46
10 Ruth Levine and Nancy Birdsall, On the Road to Universal Primary Education (Sur le chemin de l’éducation primaire universelle) (Washington DC: Center for Global Development, 2005): 2.
11 National Research Council and Institute of Medicine, Growing Up Global:The Changing Transition to Adulthood in Developing Countries (Devenir global: la transition vers l’âge adulte dans les pays en voie de développement), ed. Cynthia Lloyd (Washington DC: National Academies Press, 2005).
12 UNICEF, p. 4
13 UNICEF, p. 4
14 Herz, p. 2

 
 
 

Join the
Mailing List

Click here to join the mailing list.

 
 

YOUTH GUIDE TO ACTION ON MATERNAL HEALTH

Get inspiration and information for your advocacy and awareness-raising efforts. Download the toolkit.

YouthGuide-cover.jpg

 
 

What is Women Deliver?

 

button-pregnant.gif

Learn more about our mission, goals, and the issue of maternal health.